Saint Jean Baptiste de Magba

Bienvenue!

LA PAROISSE SAINT JEAN-BAPTISTE DE MAGBA

BP 33 – Magba Tél: 656 401 939/ 696 986 610/ 675 262 262
Curé : Abbé Alain KENFO TAHABA


 

PETIT APERCU HISTORIQUE

Le village de Badan a été le premier site où l’Eglise catholique romaine s’est implatée dans la plaine Tikar. Au regard des témoignages, les événements ayant présidés à l’avènement de la mission de Badan se sont déroulés dans le cours des années 1930 et 1940. Bafoussam n’existait pas encore comme diocèse. Il s’agissait du Vicariat apostolique de Foumban ; lequel était rattaché au diocèse de Nkongsamba, dont monseigneur Paul Bouque en était l’évêque. Le vicariat apostolique de Foumban s’étendait jusqu’à Mayo Darlé et Bankim dans l’Adamaoua. Il couvrait entre autres les arrondissements de Foumban, Malentouen et Magba. On parlait aussi de zones missionnaires.
En effet, la légende parle d’une femme Tikar, chrétienne catholique pratiquante, qui résidait à Nkongsamba avec son époux. Le couple y menait des activités pour gagner leur vie. Au terme de son séjour à Nkongsamba, la dite chrétienne décide un beau jour de retourner dans son village natal à Badan dans la plaine Tikar. Le village Badan est actuellement situé dans l’arrondissement de Bankim, région de l’Adamaoua. Au village, elle n’hésite pas à parler aux siens du Christ et de l’Evangile.
    Plus tard, son curé de Nkongsamba soucieux de n’avoir de ses nouvelles depuis son départ, décide d’aller lui rendre visite à Badan. Le pasteur en question, un occidental, était prêtre de la congrégation des prêtres du Sacré Cœur de Jésus. A son arrivé à Badan, le missionnaire pris conscience de l’étendu du champ pastoral qui s’offrait à lui. Par ailleurs, les populations autochtones lui manifestèrent leur intérêt pour la foi chrétienne. De retour à Nkongsamba, il mit les siens au parfum de la situation. Ces derniers entreprirent de se déployer dans la localité considérée et d’y fonder une chapelle. Notons qu’au départ, toute la plaine Tikar était acquise au catholicisme romain. Par la suite, les protestants luthériens vont s’installer.
Pour se rendre à Badan, les prêtres blancs ne souhaitaient pas léser les villages qui se situaient tout le long du trajet qui y conduisait. Ils s’évertuèrent donc à propager l’Evangile dans les agglomérations rurales qui longeait le chemin menant à Badan. Les religieux partaient de Foumban, du vivant de Mr Nchare, premier catéchiste de la paroisse sainte Catherine de Sienne de Foumban, et géniteur du regretté père Victor du Sacré Cœur inhumé à Bankim. Ils passaient par les villages Mambicham, Mambongam, Makwé et Magba. A Magba, le site qui accueilli la toute première chapelle fut celui de la chefferie.
Soulignons en outre qu’il n’y avait pas de route, en cette période bien évidemment coloniale. L’itinéraire tel que nous le connaissons actuellement n’existait pas. Il s’agissait par contre de pistes et sentiers parcourus à pied. Les missionnaires en cas de fatigue suite à la marche étaient aidés par les villageois ; ceux-ci les portaient volontiers à l’aide de brancard ou de civière. La traversé des cours d’eau se faisait à gué. Ailleurs, les pères pionniers se servaient de pirogues comme pour le cas de la Mappé. A Nvi, la traversé se faisait en aval du cours d’eau. Le chef de village prenait en charge l’accueil, le séjour et le transport des bagages des missionnaires ; ceci jusqu’à la chapelle du village suivant où l’autorité traditionnelle en place prenait le relais avec ses sujets.
Ce n’est qu’en 1964 que fut fondée la paroisse saint Jean-Baptiste de Magba ; le père Léon kamga, prêtre de la congrégation des pères du Sacré Cœur de Jésus en fut le premier curé. La paroisse saint Jean-Baptiste fait actuellement partie du Diocèse de Bafoussam et du doyenné de Foumban.

LES DIFFERENTS CURES QUI SE SONT SUCCEDÉS A LA TETE DE LA PAROISSE

1.    Le père Léon KAMGA, prêtre de la congrégation des pères du Sacré Cœur de Jésus, curé fondateur de la paroisse saint Jean-Baptiste de Magba en 1964.
2.    Le père Gérard, prêtre de la congrégation des pères du Sacré Cœur de Jésus, qui construisit l’édifice actuel qui fait office d’église.
3.    Le père Jean Borel, prêtre de la congrégation des pères du Sacré Cœur de Jésus. Avant d’être envoyé comme curé de la paroisse saint Jean-Baptiste de Magba, le père Borel auparavant était détaché depuis Foumban par temps pour l’apostolat dans la plaine Tikar.  
4.    L’abbé Jacob KAMCHE, prêtre du diocèse de Bafoussam, arrivé à  Magba dans la première moitié des années 80 pour une durée d’à peu près 8 ans. Surnommé le patriarche par ses fidèles, on lui reconnait plusieurs réalisations. Entre autres le presbytère, le couvent des Filles de la Sainte Famille de Bafoussam, le collège polyvalent saint André, le premier bâtiment de l’école maternelle saint Jean-Baptiste, le foyer paroissial ; les chapelles de Ngounso, Matta, Mabonko, Pwomie et Makoupa le Grand ; et l’obtention auprès du ministre de la santé publique de lors, l’autorisation de construction du centre de santé saint Dominique de Magba. Il eu pour vicaire l’abbé Philippe Kahake ; Monseigneur Paul LONTSIE-KEUNE, évêque du diocèse de Yokadouma fut stagiaire canonique auprès de lui.
5.    Lorsque l’abbé Jacob Kamché quitte Magba pour la paroisse saint Joseph de Bazou,  l’abbé Gabriel kalac lui succède comme curé. Entre temps, l’abbé Philippe Kahake est nommé comme curé de la paroisse saint Charles Lwanga de Malantouen, qui jusqu’à lors était une chapelle de la paroisse saint Jean-Baptiste de Magba. De son passage à Magba, on garde de l’abbé Kahake un grand intérêt pour les plus vulnérables, notamment les pauvres, les orphelins et les prisonniers.
6.    L’abbé Téné Rigobert Olivier.
7.    L’abbé Dieudonné Noubissi; il eu pour vicaire l’abbé Gassie Bernard.
8.    L’abbé Ndéh Dominique dont l’abbé Gassie Bernard fut le vicaire. C’est sous l’abbé Dominique que le centre de santé catholique saint Dominique voit le jour. L’abbé Dominique fait également construire des cases de passage et des boutiques. Avec l’appui du programme d’aménagement de la plaine Tikar PATP, il entreprend la construction de nouveaux bâtiments au sein de l’école primaire saint Jean-Baptiste et la réfection des anciens bâtiments.
9.    L’abbé Fotso Godefroy.
10.    L’abbé Tiomela philippe. Il eu pour vicaire l’abbé Buron Villares Jésus.
11.    L’abbé Takam Alain qui eu pour vicaire l’abbé Buron Villares Jésus.
12.    L’abbé Kenfo Tahaba Alain.

PAROISSES LIMITROPHES DE LA PAROISSE SAINT JEAN-BAPTISTE DE MAGBA

Paroisse sainte Catherine de Sienne de Foumban, diocèse de Bafoussam.
Paroisse saint Charles Lwanga de Malantouen, diocèse de Bafoussam.
Paroisse sainte Marie de Bankim, diocèse de Ngaoundéré.
Paroisse de Ngambé Tikar, diocèse de Bafia.
Paroisse de Sabongari, diocèse de Kumbo.
Paroisse de Biame, diocèse de Kumbo.

LA CONGREGATION DES SŒURS DE LA SAINTE FAMILLE DE BAFOUSSAM

La congrégation des sœurs de la Sainte Famille de Bafoussam est présente à Magba. Sa présence se traduit par un apostolat assez diversifié. Qu’il s’agisse de l’encadrement de l’enfance, de l’éducation de la jeunesse notamment par le biais du collège sainte Famille, l’apostolat des malades pour ne citer que cela. En somme, les Filles de la Sainte Famille de Bafoussam vibrent au rythme de la dynamique pastorale paroissiale.

CATECHISTES DE LA PAROISSE SAINT JEAN-BAPTISTE

1.    Mr François Nkundé dès la création de la paroisse ; Tikar d’origine.
2.    Mr Sopota Léon, originaire de Batié.
3.    Mr Monfo Paul, natif de Ntem.
4.    Mr Tissabon Gaston, d’origine Tikar.
5.    Mr Gbanji Abraham, Tikar d’origine.

QUELQUES STRUCTURES AUTOUR DE LA PAROISSE

Le centre de santé saint Dominique
L’école maternelle saint Jean-Baptiste de Magba
L’école primaire saint Jean-Baptiste de Magba
L’école primaire de Nkoup
Le collège polyvalent bilingue Sainte Famille de Magba

LES CHAPELLES DE LA PAROISSE SAINT JEAN-BAPTISTE DE MAGBA

1.    La chapelle de Matta, située à environ 12 kilomètres de la paroisse.
2.    La chapelle de Mabonko, située à environ 13 kilomètres de la paroisse.


3.    La chapelle de Matta barrage, située à environ 15 kilomètres de la paroisse.


4.    La chapelle de Ngounso, située à environ 8 kilomètres de la paroisse.


5.    La chapelle de Mabongam, située à environ 5 kilomètres de la paroisse.


6.    La chapelle de Makwé, située à environ 3 kilomètres de la paroisse.
7.    La chapelle de Manouri, située à environ 3 kilomètres de la paroisse.
8.    La chapelle de Makoupa le grand, située à environ 9 kilomètres de la paroisse.


9.    La chapelle de Makoupa le petit, située à environ 16 kilomètres de la paroisse.


10.    La chapelle de Manté, située à environ 14 kilomètres de la paroisse.


11.    La chapelle de Manda, située à environ 25 kilomètres de la paroisse.


12.    La chapelle de Mamokimo, située à environ 28 kilomètres de la paroisse.


13.    La chapelle de Pwomie, située à environ 32 kilomètres de la paroisse.


14.    La chapelle de Maguyum 2, située à environ 40 kilomètres de la paroisse.


15.    La chapelle de Maloungoure, située à environ 33 kilomètres de la paroisse.
16.    La chapelle de Long Street (en passant par Ngounso), située à environ 38 kilomètres de la paroisse.

AUTRES CONFESSIONS RELIGIEUSES PRÉSENTES DANS LA LOCALITÉ DE MAGBA

D’emblée, soulignons qu’au départ, toute la plaine Tikar était acquise au catholicisme romain. C’est bien après que les protestants luthériens vont s’installer. On peut en outre citer :
1.    L’Eglise évangélique du Cameroun
2.    La Baptist Church
3.    Les témoins de Jéhovah
Les églises de réveil :
4.    L’église du plein évangile
5.    La Deeper life ou église de la vie profonde
6.    L’église de la lumière parfaite
7.    Les disciples de Jésus
8.    La vraie église de Dieu
9.    L’unité des familles
On dénote également une présence non moins remarquable de l’Islam à travers deux tendances : le wahhabisme et l’islam Tijani.